AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

narcissa ≈ life's full of tough choices, innit ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message
Jeu 27 Aoû - 16:09
Invité
| |
Invité
ALWAYS WEAR YOUR INVISIBLE CROWN

Narcissa & Taïssia

« Les bons princes ne sont pas plus que les mauvais, exempts de vanité, ni par conséquent à l'abri des flatteurs.»


Le rideau d'algue s'ouvrit solennellement devant elle, maintenu par deux gardes à l'air sévère s'inclinant respectueusement devant leur reine. Sans doute, en d'autres circonstances, aurait-elle pris la peine de les saluer mais aujourd'hui, son cœur n'y était pas. Depuis la disparition du jeune prince du soleil, chaque les séances de conseil auprès de ses sœurs se suivaient et se ressemblaient. Jamais la couronne de nacre ne lui avait semblé aussi lourde à porter et, contrairement à ce que d'autres pourraient penser, le partage du pouvoir n'allégeait en rien son fardeau. Jamais elle ne formulerait à haute voix une quelconque envie de régner seule, cette simple pensée la faisant frissonner d'horreur et la rapprochant dangereusement de l'état d'esprits des Hommes qu'elle abhorre tant. Mais comme il était ardu de supporter de jour en jour le visage rêveur et l'air distrait de Vaehina et le calme serein et confiant, presque hautain d'Ondine. Pourquoi ses sœurs ne voyaient-elles pas que le temps était venu pour le peuple sous-marin de se déclarer indépendant et de payer le prix de cette indépendance ? Pouvait-on réellement avoir encore foi en une espèce qui à la première occasion donnée s'était détournée de ses alliés de la veille pour mieux les massacrer le lendemain ?

Si des années durant le palais d'Atlantica avait abrité les éclats de rire de la jeune reine, la forteresse était aujourd'hui témoin de ses sombres pensées et de sa solitude. La figure autrefois joviale et amicale qu'elle adressait aux habitants et riverains de se demeure aquatique, s'était mué en un masque de fer que seule une rage et une colère incontrôlable parvenaient à briser. Rares étaient, désormais, ceux qui osaient encore l'approcher, exception faite de ses proches dont trop peu toutefois partageait ses sentiments. Son seul refuge, elle le trouvait en ses appartements situés au sommet d'une tour de corail isolée. Nul objet en provenance de la surface ne venait égayer l'ensemble, aux bibelots d'en haut elle préférait la simplicité d'anémone de mer, de coraux et de divers coquilles délaissées par leur propriétaire. Dans le trou laissé béant et faisant office de fenêtre, elle ne voyait que l'immensité bleue de l'océan qu'elle habitait, parfois transpercé de quelques rayons de soleil quand les dieux du ciel, ou ses frères et soeurs décidaient de se montrer cléments envers le peuple du soleil.

Ramassant son peigne de nacre gisant sur son lit d'algue, elle entreprit de démêler sa chevelure d'or ruisselante. Entonnant un air doux dont elle était la seule auditrice n'aimant guère user de ses cordes vocales enchanteresse que pour son propre divertissement. Bientôt cette activité dans laquelle elle s'était lancée eut l'effet désiré : rien ne la calmait plus vite que de s'asseoir à sa coiffeuse en poussant la chansonnette. L'esprit, alors trop occupée à se remémorer d'anciennes arias tout en faisant glisser machinalement le petit peigne à travers une cascade de cheveux souples,  en oubliant vite tous ses tracas et les pensées qui seulement quelques minutes auparavant ne lui laissait aucun répit. À peine avait-elle reposé le peigne que tintèrent les morceaux de verre de mer qui ornait le bas du rideau d'algue faisant office de porte. Quand sa visiteuse entra, les dernières notes de musique moururent dans sa gorge pour laisser place à un honnête sourire. « Sinéad, te voilà enfin, entre je t'en prie »

Elle délaissa sa coiffeuse, tourbillonnant gracieusement jusqu'à un sofa en forme de coquille Saint-Jacques d'une taille telle que les bipèdes n'en avaient, pour sûr, jamais vu.   Sans doute aurait-elle dû se montrer plus prudente, mais sans qu'elle ne sache vraiment comment, toute réserve et méfiance envers sa visiteuse s'était vite évanouie pour ne plus laisser place qu'à une amitié qu'elle ignorait être à sens unique. Comment pourrait-elle désormais douter d'une des rares personnes l'écoutant réellement et abondant en son sens ? Qu'il était agréable de se sentir soutenue et prise en considération, exaltée par ce sentiment nouveau, elle en avait jeté aux orties sa méfiance naturelle ne comprenant pas, dans sa naïve jeunesse, le danger que pouvait représenter quelques flagorneurs. Surtout quand ces flatteurs se trouvaient être une sorcière des mers, capable d'une magie dont elle n'avait eu d'échos que par d'anciens récits.   «  Désires-tu quelque chose à manger ? » Elle n'attendit guère la réponse de son invitée pour bondir jusqu'à l'entrée demander à l'un de ses gardes de leur apporter quelques mets. Regagnant sa place d'un coup de sa nageoire dorée, elle ajouta d'un ton qu'elle voulut mutin « Je sors d'une éprouvante séance avec mes sœurs, rien ne creuse plus l'appétit que les disputes familiales ! »
Elle n’attendait plus désormais que la voix mélodieuse et pourtant ô combien doucereuse de son amie prenne le relais afin de pouvoir, enfin s’épancher de tout son soûl.

all rights reserved. long live the queen

Revenir en haut Aller en bas
 

narcissa ≈ life's full of tough choices, innit ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» life is full of surprises (jackson)
» L'armée full boîte de conserve du métalkramé
» — bring me to life
» Life in UCLA
» [2000pts ork]La Band' à Wazdakka (full moto)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LONG LIVE THE QUEEN :: Le palais sous-marin-